Les parabens, l’arbre qui cache la forêt?

Un paraben késako? Une petite bête? Un nouvel accessoire tendance? On entend beaucoup parler des dangers des parabens, mais sont ils réellement fondés? Et que valent les produits estampillés « sans parabens », sont ils plus sûrs? Pas si sûr justement….

Qui, Quoi, Qu’est-ce ?

Techniquement parlant, un paraben est un parahydroxybenzoate d’alkyle (à vos souhaits), c’est à dire un groupe d’atomes doublement liées résultant de la condensation de l’acide parahydroxybenzoïque avec un alcool…..ça ne vous aide pas plus je suppose?

Allez, pour les « anti-parabens », je vais jeter un pavé dans la mare et je vous invite à virer illico de votre alimentation la mûre, l’orge, le cassis, la carotte, le vinaigre de vin, certains fromages. Et oui ces aliments contiennent des parabens naturels, et sachez aussi que le corps humain en contient , car  il est le précurseur du coenzyme Q10, vitamine qui est elle même vitale pour son bon fonctionnement.

On dénombre différentes sortes de parabens:

  • le méthylparabène
  • l’éthylparabène
  • le propylparabène
  • l’isopropylparabène
  • le butylparabène
  • l’isobutylparabène
  • le benzylparabène

Concrêtement cela fait plus de 40 ans (oui oui 40!!!) que ces molécules protègent nos produits de beauté des champignons, des levures et des bactéries. Ces conservateurs (brrrr le mot qui fait peur!!!) sont efficaces, peu irritants et strictement règlementés.

Il est important de savoir que ce qui est dangereux ce sont les mélanges entre parabens ainsi que leur concentration. Pour exemple depuis 2015 le méthyl et l’éthyparabènes sont jugés sûrs par la commission de sécurité des cosmétiques de l’UE à condition de de ne pas dépasser 0.4% dans la composition du produit, concernant le propylparaben cela monte à 0.14% .De manière générale le total des parabènes ne doit pas dépasser 0.8% , vous pouvez vous faire une idée rapidement en notant la place du « celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom » dans le produit: s’il est en tête de liste aïe….s’il est en dernière composition, il y a déjà moins de soucis à se faire.

Mais pourquoi cette haine?

Remontons dans les années 2000, lorsque des chercheurs japonais notent que deux parabens fréquents dans nos crèmes – les propyl- et butylparabens – ont une activité similaire aux estrogènes, hormones sexuelles féminines, sur des cellules en laboratoire. De plus, la production de spermatozoïdes est réduite chez des rongeurs qui en mangent ! Puis le Pr Darbre, une chercheuse britannique, observe leur présence dans des biopsies de tumeurs mammaires. Elle émet l’hypothèse qu’ils s’accumulent dans le sein et peuvent ainsi favoriser le développement de cancers.

De ce fait ces ingrédients sont très surveillés et le comité scientifique de la Commission européenne a planché sur ce dossier, avec une attention particulière pour la fertilité masculine, explique Catherine Desmares, directrice de l’évaluation des produits cosmétiques et biocides à l’Afssaps. Pour l’instant, il n’a pas été observé de risque de façon objective. Les études sont insuffisantes et contradictoires, l’effet toxique sur la reproduction humaine n’est pas formellement démontré. Les conclusions d’une nouvelle étude, en cours d’analyse, sont attendues prochainement. D’ailleurs, l’organisation non gouvernementale Greenpeace, pourtant traditionnellement sévère, ne retient pas les parabens comme substances préoccupantes dans son guide Cosmétox.

Les produits sans parabens sont ils sans dangers?

Les vilains parabènes étant suspectés, les laboratoires se sont tournés vers d’autres conservateurs autorisés par la charte bio ( car désolé de vous l’apprendre mais BIO ne signifie pas pour autant SAIN et SANS CONSERVATEURS) : l’acide benzoïque ou sorbique, l’alcool benzoïque, l’acide déhydroacétique pour lesquels le recul est moindre ! Le problème avec ces conservateurs, c’est que bien qu’ils soient autorisés par la règlementation européenne, ils sont moins performants et ne protègent pas des mêmes microbes. Une phobie des parabènes a été créée suite à un effet de mode ne reposant sur aucune base scientifique, et laissant la place à des solutions de substitution pouvant générer des allergies ( allergie au Kathon par exemple)

Il y aurait diverses solutions pour éviter les conservateurs:

– la conservation sous vide d’air , dite « Air Less ». Le problème est que cette solution est assez coûteuse

– la conservation par les huiles essentielles. Ici se pose le problèmes des nombreuses allergies aux huiles essentielles.

– la conservation par l’utilisation alcoolisée. Il faudrait une quantité acceptable mais non agréable en cosmétologie…

Mais alors pourquoi sont ils retirés? Est ce pour ouvrir un nouveau créneau aux industriels? On est en droit de se poser la question…

Qu’en est il des produits Forever?

J’ai souvent droit à cette question lors de mes présentations. Je rassure toujours la personne, et réponds fréquemment  que le coca, la cigarette et le nutella qu’elle consomme régulièrement sont bien plus nocifs pour sa santé que le faible pourcentage de parabens contenus dans notre gamme!

En effet Forever n’utilise que le méthylparabène et le propylparabène à des doses infinitésimales: ils contiennent en moyenne (car des produits n’en ont pas comme le shampoing) 0.3% de présence résiduelle de parabènes, soit bien inférieure aux 0.8%. La dose journalière acceptable de parabènes est de 10 mg/kg de poids: cela a été fixé en lien avec l’observation de l’activité des cellules reproductives. Pour la modifier il faudrait une dose 100 fois supérieure! Si on prend la crème propolis, il faudrait se tartiner avec 15 tubes pour atteindre cette dose acceptable…

Pour finir, je pense que tout est question de quantité, dosage, comme tout ! Prenez par exemple le curare : à haute dose il est mortel, mais à dose infime il permet l’anesthésie….à méditer 😉

Laisser un commentaire